La diversité du manga (2/4)

Le manga 2

Comme nous l’avons vu lors de la première partie, le manga est un marché très segmenté au Japon. Combiné à la forte diffusion des magazines de prépublication, il y a, de fait, une très grande diversité à la fois dans les thèmes, la narration et dans le graphisme, chaque niche étant exploitée : il y a du manga pour tout le monde et pour tous les âges.

La prépublication, chapitre par chapitre, de plusieurs séries en parallèle permet en effet de fournir une grande diversité d’histoires aux lecteurs et lectrices. Quand un mangashi contient plus de 400 pages de mangas, soit une vingtaine de séries, à chaque numéro, il est assez facile de proposer des créations différentes. Il est important, commercialement, de toucher le plus vaste public possible dans le segment visé, ce qui est encore plus vrai depuis le retournement du marché manga qui a eu lieu une vingtaine d’années au Japon. À cela, s’ajoute un système des votes permettant de savoir quelles séries plaisent le plus et surtout celles qui plaisent le moins, ce qui donne la possibilité de prendre des risques : si ça ne trouve pas son public, on arrête et on propose autre chose.

Le marché français, en plus de 25 années d’éditions francophones, a réussi plus ou moins, sauf peut-être pour le shôjo, à représenter cette diversité. Nous allons chercher à illustrer celle-ci par le biais d’une grosse cinquantaine de séries remarquables. Le souci rencontré est que de nombreux titres ne sont plus commercialisés (une licence doit être généralement renouvelée tous les 3 ou 5 ans) et ne sont plus disponibles qu’en occasion ou en bibliothèque. C’est pour cela que certains mangas évoqués ici ne sont plus trouvables en neuf, les librairies ayant dû retourner leurs invendus qui ont été ensuite détruits (quelques éditeurs préfèrent la solderie au pilonnage, ceci dit).

Il faut avoir à l’esprit qu’un manga ne se contente pas d’avoir un seul thème mais en mélange plusieurs (deux, trois, voire plus). La classification effectuée ci-après est donc personnelle, subjective, en se faisant à partir du thème considéré comme étant le principal. Quelques titres sont aussi un peu plus mis en avant en bénéficiant d’un petit commentaire.

L’aventure / action

Ce genre d’histoires est surtout présent dans le shônen manga. Basé sur l’action, l’apprentissage et (souvent) l’humour, avec un récit généralement centré sur un protagoniste masculin (un collégien ou un lycéen le plus souvent) qui peut être entouré d’un groupe de personnages secondaires, la série va proposer une aventure trépidante où il est nécessaire de progresser pour vaincre des ennemis de plus en plus puissants. Cet apprentissage est nécessaire pour atteindre un but, généralement fixé dès le début. Ces récits initiatiques sont merveilleux, dépaysant et rythmés. Parmi les six titres proposés à titre d’exemple, quatre méritent d’attirer encore plus notre attention.

 

Library Wars : Love & War (shôjo) – Titre mélangeant action (les protagonistes sont des militaires), romance (très classique) et humour. Il s’agit de l’adaptation en manga d’une série de light novels (romans courts plutôt pour ados). C’est aussi un titre à la gloire des bibliothèques et à la liberté d’écrire.

Sky-High Survival (web) – Prépublié en ligne sur Internet et non dans un magazine papier, conçu sur le principe de fonctionnement des jeux vidéo japonais, avec un graphisme soigné, la série représente en quelque sorte le « nouveau » manga grand public. Elle met en scène un groupe de personnages qui doit survivre puis s’échapper d’un monde composé de gratte-ciels dans un récit inspiré des jeux de rôle/aventure.

Le Sommet des dieux (seinen) – Ici, l’ennemi est la montagne, celle des hauts sommets qu’il faut vaincre. Nul besoin d’ennemi surpuissant lors que la Nature entre en scène. Ce titre est la démonstration que l’aventure n’a pas besoin d’être située dans un autre monde ou dans une autre époque, la « réalité » actuelle peut suffire pour captiver les lecteurs et les lectrices.

Yona, princesse de l’aube (shôjo) – Le shôjo manga en français ne propose que trop peu de mangas d’aventure ou d’action épique. Après la série Basara publié par Kana il y a quelques années, Yona, princesse de l’aube en est la digne successeuse. Le succès, au moins d’estime, rencontré par le titre suffira-t-il à ouvrir la voie à d’autres sorties ? Espérons-le.

La romance

Les histoires d’amour sont associées aux mangas pour fille. Ce n’est pas faux mais ce n’est certainement pas exact. En fait, depuis la fin des années 1960, il s’agit du thème principal des séries qui sortent dans les magazines shôjo. Avant, il était interdit d’évoquer l’amour, même simplement sentimental. Ceci dit, il y a aussi de la romance dans les mangas pour garçon, même s’il s’agit le plus souvent d’un thème secondaire. Néanmoins, il existe des shônen où la relation amoureuse tient un rôle central dans l’histoire. Dans ce cas, le jeune garçon est maladroit, il ne sait pas aborder les filles qui sont pourtant nombreuses à lui tourner autour. On parle dans ce cas de « harem manga ».

 

Aromantic (Love) Story (web) – Autre représentant du « nouveau » manga issu de la prépublication sur Internet, ce titre se veut en prise avec la société actuelle, en traitant du célibat de plus en plus développé au Japon. Cependant, après les propos très féministes du tome 1, l’histoire propose surtout une romance basée sur un triangle amoureux des plus classiques.

Blue (de Kiriko Nananan, josei) – L’amitié entre deux lycéennes se transforme petit à petit en amour où les non-dits tiennent une grande importance dans les relations entre les protagonistes. Le traitement réaliste et subtil des sentiments des jeunes filles était une grande nouveauté dans le paysage francophone lors de sa première parution en 2004.

Love, Be loved, Leave, Be left (shôjo) – Basé sur l’incontournable triangle amoureux des romances lycéennes, la série propose plus que la simple problématique de trouver l’amour lorsqu’on est une adolescente. Il y a aussi celle de l’amitié, un thème que l’on trouve plutôt dans les shônen d’aventure. Il y a aussi la nécessité d’être honnête avec les autres et surtout avec soi-même.

Love Hina (shônen) – Le harem manga de référence. Adulé par certains, décriés par d’autres, la série n’a pas laissé indifférent lors de sa publication française. Il faut dire qu’il était précurseur dans le genre. La couverture montre bien qu’il ne s’agit pas ici d’un manga romantique pour fille. En effet, la taille de la poitrine des personnages féminins est un marqueur fort pour distinguer shônen romantique et shôjo.

Sport / Métier

C’est un des nombreux genres réputés peu vendeur en France. Le héros ou l’héroïne pratique un sport, généralement au lycée et va devoir devenir un·e champion·ne grâce à son entrainement, ses efforts et son courage. Bien entendu, différents obstacles vont surgir durant sa progression. Il y a souvent une intrigue secondaire qui est une romance avec un·e camarade d’école. Les mangas sportifs sont nombreux au Japon. De plus, le sport est à considérer ici au sens large et inclus les jeux de stratégie comme le go ou les échecs.

Sous le vocable manga de métier, on regroupe les titres où le personnage principal se découvre des qualités et une vocation pour un métier dans lequel il va s’épanouir grâce à l’apprentissage et en surmontant les embûches semées sur son chemin. En cela, les mangas de métier sont très proches de ceux de sport.

 

Chihayafuru (josei) – Une fillette se prend de passion pour le karuta après sa rencontre avec un gamin de son âge et joueur très talentueux. Le karuta est un jeu de cartes basé sur la rapidité, la mémoire et la connaissance de courts poèmes. Le sport n’est pas très physique ici, à l’instar des jeux cérébraux comme les échecs ou le go.

Jumping (shôjo) – Une hikonomori (personne s’isolant de la société, ce qui est souvent liée à une phobie) réussit à vaincre ses peurs et ses complexes grâce aux chevaux et à l’équitation. Chose amusante, la classification est à l’inverse de Chihayafuru (josei mettant en scène une lycéenne) car c’est ici un shôjo alors que la protagoniste est une étudiante. D’ailleurs, même si la démonstration inverse est faite ici, l’âge des personnages donne généralement un indice précieux pour la classification, surtout à la frontière des genres : shônen / young seinen / seinen, ou shôjo / josei.

Real (young seinen) – Le young seinen n’est pas que baston, grosses poitrines féminines et rythme effréné. Il existe un manga handisport de grande qualité. En effet, le handicap y est abordé de façon plutôt réaliste par le biais du sport : le basketball.

Une vie au zoo (josei) – Cette courte série montre la difficulté qu’il y a à s’occuper d’animaux : dire qu’on les comprends, qu’on les aime ne suffit pas. Cependant, si on s’accroche à sa vocation et que l’on est sincère, on peut arriver à devenir une soigneuse compétente et à s’épanouir dans son métier.

Humour

Les mangas d’humour pur sont aussi réputés pour mal se vendre en version française. Il faut dire que l’humour japonais est très 1er degré, très burlesque. Pourtant, les mangas ne sont pas tous basés sur un humour spécifiquement japonais comme l’est le manzai, un système basé sur un duo comique formé par le tsukkomi (le sérieux) et le boke (le personnage fruste, outrancier et désordonné). Si le couple comique (le sérieux et l’idiot) est un classique de l’humour dans tous les pays (Laurel et Hardy, Astérix et Obélix), c’est ici un humour qui repose beaucoup sur les quiproquos et les jeux de mots, ce qui fait que nombre de mangas relevant du genre sont réputés intraduisibles en français.

 

Dr Slump (shônen) – Un des premiers grands succès d’Akira Toriyama avant DragonBall. C’est un humour basé sur le grand n’importe quoi et l’exagération. C’est aussi assez scatologique, ce qui en fait un titre très japonais. Sa réussite commerciale en France tient sûrement autant à ses qualités qu’au fait qu’il est sorti avant que l’on ne croule sous les sorties.

Les vacances de Jésus et Bouddha (seinen) – Manga basé sur un duo comique et le décalage entre l’état de déité et la vie de tous les jours dans le Tokyo actuel. C’est aussi un humour très référencé qui demande un peu de culture générale, au moins dans le domaine religieux, pour pouvoir pleinement l’apprécier. Heureusement, l’adaptation française est de qualité.

Switch Girl (shôjo) – L’humour de situation repose ici sur le décalage entre la façon dont l’héroïne se présente au lycée / en société et la façon dont elle s’habille et se comporte chez elle. Alors qu’elle fait très attention à son apparence et à sa façon de se comporter dès qu’elle est en dehors de chez elle, une fois dans le cocon de son domicile, elle se relâche totalement.

Science-fiction / Fantastique

La SF et le fantastique sont des genres très prisé au Japon (notamment dans les romans et le cinéma), ce qui se retrouve logiquement dans le manga. Il existe même des magazines de prépublication spécialisés. Cependant, la plupart du temps, il ne s’agit pas du thème principal, surtout dans le shônen. La SF ou le fantastique sont le plus souvent un cadre dans lequel les auteur·e·s vont développer leur histoire. C’est dans le seinen que l’on trouve les œuvres les plus « pures » SF. C’est aussi un genre assez développé dans le shôjo notamment grâce à Moto Hagio, précurseure du genre dans les années 1970 : la longue nouvelle « Nous sommes onze » disponible dans Moto Hagio Anthologie (shôjo) est particulièrement représentative de la SF des années 1970 et a montré que cette voie était possible à nombre des consœurs de la mangaka.

 

Les enfants de la baleine (shôjo) – Présenté comme un seinen par Glénat, il s’agit en réalité d’un shôjo prépublié dans Mystery Bonita. Il est assez habituel que les éditeurs francophones fassent passer des shôjo qui ne sont pas des romances lycéennes pour un autre genre de manga (ici, du seinen), afin de moins mal les vendre. De ce fait, il est possible de lire plus de shôjo manga (et de josei) qu’on pourrait le croire de prime abord. Cependant, cela fausse aussi la perception que l’on peut avoir du manga réalisé par les mangaka femmes ainsi que du genre shôjo (ou josei) en général.

Planètes (seinen) – Proposant une SF « hard science », la courte série nous fait vivre le quotidien d’une équipe d’éboueurs spatiaux, c’est-à-dire des hommes et des femmes chargés de récupérer les innombrables débris qui sont en orbite et pouvant menacer l’intégrité de la structure de la station spatiale qui les emploie.

Monde post-catastrophe ou apocalyptique

Ce genre se distingue de la SF par une ambiance beaucoup plus sombre et une action plus trépidante. En règle générale, une catastrophe s’est produite et les protagonistes doivent survivre, coûte que coûte. La mise en scène de l’angoisse des personnages et la dramatisation du récit sont deux des principales caractéristiques du genre. Il faut aussi avoir à l’esprit que le Japon est situé dans une zone sismique, que les tremblements de terre sont fréquents, tout comme les ouragans et les tsunamis. Les catastrophes comme celles survenues à Kobe ou à Fukushima montrent que ces récits ne sont pas si éloignés de la réalité que vivent les japonais.

 

Dragon Head (young seinen) – Premier manga du genre à avoir frappé les esprits du lectorat francophone. Dans une sorte d’huis-clos étouffant, trois jeunes lycéens essayent de survivre à une catastrophe qui a ravagé Tokyo et fait déraillé dans un long tunnel le Shinkansen qui les ramenait chez eux d’un voyage scolaire.

Gunnm (seinen) – Il s’agit du manga de SF post-catastrophe par excellence. Celle-ci a été causé par la collision avec une météorite. Les sociétés humaines ont volé en éclat et n’existent plus que sous deux formes : une avancée technologiquement, située dans une ville géante suspendue dans les airs, et une autre, devenue littéralement une décharge où tentent de survivre une population fruste et ultra-violente.

Highschool of the Dead (shônen) – Une maladie mystérieuse a frappé l’humanité qui transforme les gens en zombie. Dans un lycée au Japon, un groupe de personnes épargnées par le phénomène doivent à la fois survivre à l’écroulement de la civilisation, mais aussi aux attaques des zombies. Un titre qui mélange érotisme (il suffit de voir la taille des poitrines féminines et les nombreuses scènes de fan service) et horreur (les scènes gores ne manquent pas, bien au contraire).

Société japonaise / tranche de vie

À la différence des BD franco-belge et américaines, le manga grand public propose depuis de nombreuses années des histoires se focalisant sur la vie de tous les jours de personnages « normaux ». On retrouve ce thème dans tous les genres de mangas. Si dans le shônen, il ne s’agit pas du thème général le plus souvent, il est très l’élément central dans de nombreux josei et seinen. Mitsuru Adachi est le spécialiste du shônen mélangeant sport, romance lycéenne et vie de tous les jours, Touch (shônen) étant sa série référence. En centrant son récit sur des personnages ordinaires et les mettant en scène dans leur vie de tous les jours, il sait comme personne ancrer son histoire dans la société japonaise.

 

Éclat(s) d’âme (web) – Kamatani Yuhki est une auteure qui se définit comme étant ni femme (son genre biologique), ni homme, du genre neutre, donc. Son manga parle de la difficulté de s’accepter, surtout à cause du regard des autres, de leur moqueries, voire de leur ostracisation. C’est ainsi que le traitement de la question LGBT+ par la société japonaise est au centre de cette série paraissant sur le web suite à la disparition du magazine HiBana.

Kamakura Diary (shôjo) – Sorte de Touch au féminin, la série propose le même mélange sport / romance / vie de tous les jours. Néanmoins, le récit est moins humoristique et développe des sujets graves comme le handicap, la mort et la difficulté d’établir des relations sincères entre les personnes. Cette gravité des sujets abordés est assez habituelle dans nombre de shôjo.

Moving Forwards (shôjo) – Le quotidien et le mal être de jeunes japonais (une jeune lycéenne en l’occurrence), qu’ils cachent le plus souvent derrière un sourire de façade, est abordé ici avec finesse. Tout comme dans Kamakura Diary, la difficulté de s’épanouir et de se confronter à la mort de personnes de son entourage sont les thèmes principaux d’un récit sortant de l’ordinaire des romances lycéennes.

River’s Edge (josei) – Lorsque Kyôko Okazaki a débarqué dans le monde du manga dans les années 1980, le moins que l’on puisse dire est qu’elle a fait forte impression avec des œuvres sans concession sur la société japonaise et sa jeunesse désabusée, en perte de repères. La sexualité, présentée sans fard, y tient une place majeure tout comme le mal être de ses personnages, aussi bien féminins que masculins.

Historique

Tout comme la SF et le Polard, l’Histoire du Japon sert généralement de cadre à des fictions plutôt qu’être le thème principal. Pourtant, les titres dits « historiques » sont profondément enracinés dans l’époque où se déroule le récit et permettent d’avoir un véritable aperçu de la vie au Japon à travers les âges. Il faut aussi savoir que les Japonais ne sont pas très forts en Histoire, surtout que les manuels d’enseignement n’hésitent pas à occulter certains aspects peu glorieux du passé nippon.

 

Ayako (seinen) – Il s’agit d’une des œuvres les plus sombres d’Osamu Tezuka, se déroulant dans l’immédiat après seconde guerre mondiale. La série montre les excès du patriarcat qui sévissait alors dans la société semi-féodale persistant dans les campagnes.

Dans un recoin de ce monde (seinen) – Nous suivons le quotidien d’une jeune mariée qui a rejoint son mari dans la famille de ce dernier, vivant dans une grande ville portuaire et militaire située à une heure de Hiroshima alors que la guerre fait rage contre les USA.

Kenshin le vagabond (shônen) – Après la chute des Tokugawa et l’arrivée de l’ère Meiji (fin du 19e  siècle), la vie est difficile pour les samouraïs sans maître ! Manga de samouraï à succès, le titre est la preuve que l’on peut concevoir une histoire pleine d’action tout en restant fidèle au contexte historique de l’époque.

Le Pavillon des hommes (shôjo) – Et si l’Histoire avait effacé le fait que des femmes avaient été shôgun à l’époque des Tokugawa ? Récit féministe avec une déconstruction des préjugés par inversion des rôles des hommes et des femmes au sein de la société japonaise pendant l’époque d’Edo (et par la même occasion, des inégalités actuelles au sein de la société japonaise).

Guerre / Policier

La guerre, surtout la Seconde Guerre Mondiale, a frappé les esprits au Japon, la défaite ayant été vécue comme un traumatisme, amplifié par l’horreur de la bombe atomique. Néanmoins, le refus de reconnaître les atrocités commises par l’armée impériale dans toute l’Asie de l’Est et du Sud-Est est toujours présent, ce qui se retrouve (ou plutôt ne se retrouve pas) dans les mangas traitant du sujet.

Le manga policier est assez développé au Japon, mais ne connais pas le succès chez nous. Que ce soit du thriller, du judiciaire, du crime à élucider, les thèmes sont variés. Il y a quelques années, Soleil Manga a créé une collection comprenant des adaptations mangas dédiées à un auteur de romans policiers à succès au Japon (Hiroshi Mori), mais cela n’a pas fonctionné.

 

 

Peleliu (young seinen) – Peleliu, une petite île perdue dans le Pacifique, a été le lieu d’une grande bataille entre l’armée impériale et les forces américaines. Pourtant, cette île n’a pas eu une grande importance stratégique malgré son aérodrome. Le manga fait  immanquablement penser au film Lettres d’Iwo Jima.

Rising Sun (seinen) – Manga sur les forces japonaises d’auto-défense. Si le Japon a vu son armée et sa marine être supprimées après la défaite en 1945 par la Constitution de 1946 qui le force à renoncer « à jamais à la guerre en tant que droit souverain de la nation », le pays a toutefois maintenu des forces terrestres, navales et aériennes afin de pouvoir se défendre de toute agression étrangère.

Détective Conan (shônen) – On arrive bientôt au 100ème tome en version française (la parution japonaise a été rattrapée). Il est habituel au Japon que les séries dépassent les 100 volumes, même si ce n’est pas fréquent. Il s’agit d’un manga où un jeune détective doit résoudre des meurtres mystérieux grâce à son génie et malgré son âge.

Le Secret de l’ange (shôjo) – Il s’agit d’un polar reposant sur la recherche de la vérité concernant la mort passée d’une professeure de dessin de quartier. Refusant les conclusions de l’enquête, une jeune lycéenne et ancienne élève décide de reprendre cette affaire de meurtre avec l’aide du frère de la défunte, n’arrivant pas à croire que l’assassin désigné est réellement coupable.

Érotique / Yaoi

Si l’érotisme est souvent présent dans le young seinen, c’est généralement de façon secondaire. Il s’agit de placer très régulièrement des scènes à caractère érotique, généralement sans nudité explicite mais avec une sexualisation exagérée des personnages féminins (par exemple, avec des poitrines surdimensionnées). Cependant, il existe des magazines dédiés, allant du simple érotisme (l’acte sexuel n’est pas explicite) à la pornographie la plus débridée. Et cela n’existe pas que pour le public masculin. Il existe un genre de manga, le yaoi ou boys love, qui met en scène des amours homo-érotiques entre hommes écrit par des femmes à destination d’un public féminin hétérosexuel. Il existe aussi les shôjo dit matures où les relations sexuelles entre homme et femme ne sont pas simplement suggérées.

 

Mises à nu (seinen) – Si la plupart des mangas hentai (pornographiques) ont leurs magazines spécialisés, les titres ecchi (érotiques) sont plutôt diffusés dans les magazines plus grand public. Qui aurait cru en France que le Young Animal proposerait un titre aussi « chaud » avant que Taifu nous le propose ?

Prison School (young seinen) – Les mangas destinés aux jeunes adultes (16 ans et plus) sont réputés pour proposer de nombreuses histoires cherchant à émoustiller un lectorat masculin en multipliant les scènes érotiques (sans être trop explicites) où les personnages féminins ont des poitrines très développées et des dessous affriolants.

Tango (yaoi) – est em, l’auteure de cette compilation de nouvelles, est tout à fait représentative d’une nouvelle génération de mangaka femmes venues du monde du yaoi en refusant de se plier aux canons du  genre. Après avoir renouvelé le boys love à la fois thématiquement et graphiquement, elles apportent maintenant un souffle nouveau dans le shôjo et le seinen.

Virgin Hotel (shôjo) – L’érotisme n’est pas réservé aux garçons, les jeunes filles et les femmes ont  aussi leurs mangas « de cul », pour le dire vulgairement. À une époque pas si lointaine, il existait des magazines ladies comics destinés aux femmes au foyer où le sexe était très présent. S’ils ont disparu, ils ont été en quelque sorte remplacés par les magazines de shôjo dits « matures » (ou « shôjo pouffe » par les détracteurs) qui s’adressent plutôt aux adolescentes.

Publicités

2 réflexions sur “La diversité du manga (2/4)

    • Oui, la diversité graphique est pour la prochaine fois, en abordant un type de manga dont je n’ai pas encore parlé Je ne vais pas parler de diversité narrative, je sens que je perdrai mon auditoire avec une analyse trop pointue 🙂

      J’ai voulu montrer que les sous-genres (car pour moi, les thèmes plutôt comme c’est la mort, le travail, la famille, l’honnêteté, la politique, etc. ) sont nombreux et peuvent se combiner afin d’apporter une grande richesse de la BD japonaise avec l’espoir qu’ils chercheront à sortir des sentiers battus pour s’intéresser à plus de choses dans le manga.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.