300 expositions – 15 ans !

Ayant atteint ce dimanche ma 300ème exposition (en réalité, j’en ai fait deux ou trois de plus mais elles ne sont pas référencées, n’ayant aucune photo me permettant de les dater précisément), je me suis dit qu’il fallait marquer le coup par un petit retour en arrière avec un instant « nostalgie ».

Pour commencer, je ne comptabilise que les expositions artistiques (au sens large) temporaires (ce qui élimine toutes les expositions / collections permanentes) qui durent plus longtemps que le festival auxquelles elles peuvent être rattachées (comme au Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême ou à Quai des bulles). C’est ainsi que cette année, j’ai pris en compte l’exposition Tezuka au Musée d’Angoulême (qui durait plus longtemps que le festival) mais pas celle de Naoki Urasawa à l’Espace Franquin (qui ne durait que les 4 jours de la manifestation). Par contre, cette même exposition a été comptabilisée lorsque nous sommes allés la voir à l’Hôtel de Ville de Paris.

Je n’ai pas souvenir (mais je n’ai pas de mémoire) d’avoir fait des expositions artistiques temporaires avant de faire des sorties mangaversiennes, c’est pour cela que je ne retiens ici que celles rentrant dans ce cadre, c’est-à-dire faites avec au moins une personne pouvant répondre au critère « Mangaverse » même si je ne suis pas d’une rigueur intellectuelle très stricte en ce qui concerne Shermane qui n’a pas de compte sur le forum de Mangaverse (notre petit lieu de discussions virtuelles), honte à elle ! Pourtant, je la comptabilise dans notre petit groupe.

De même, je compte double les expositions vues deux fois à partir du moment où elles rentrent dans les critères exposés ci-avant. Au fil de ces quinze années de visites, il y a onze expositions que j’ai vue deux fois à l’identique (mais avec des personnes différentes et à des dates différentes) dont la 300ème, trois que j’ai vue deux fois mais dans des configurations, des lieux, des dates différentes (généralement, il s’agissait d’expositions proposées en festival de BD puis à Paris). Il y a aussi deux expositions vues à Angoulême (mais qui étaient organisées juste pour la période du festival) revues un peu plus tard à Paris. Bref, vous l’aurez compris, je n’hésite pas à voir et revoir.

De plus, cela ne représente pas réellement 15 années d’expositions. Disons que la 300ème a été visitée au début de la 15ème année, puisque la toute première date du 3 décembre 2004. J’espère que vous me pardonnerez ces petits écarts avec la rigueur intellectuelle qui me caractérise habituellement (ha ha !) car je me le suis permis afin d’avoir un titre plus efficace.

À cette occasion, car c’est à la mode lorsqu’on est en fin d’année, je me suis amusé à faire une sorte de petit bilan en retenant les quinze expositions qui m’ont le plus marqué sur les trois cents et quelques visitées.

Les photos qui accompagnent ce bilan ne sont pas toutes d’une grande qualité, aussi bien technique qu’artistique. Il faut dire que j’ai mis du temps à avoir du matériel réellement efficace dans les conditions très difficiles que l’on rencontre dans les expositions où l’éclairage est souvent (très) faible. Il faut aussi composer avec les interdictions de prendre des photos (ne pas se faire remarquer nécessite d’avoir un APN très discret). Toutefois, il est évident qu’au fil des années, j’ai progressé dans l’art du cadrage, ce qui permet de donner plus d’impact à mes photos (volées ou non).

Images du Monde flottant au Grand Palais (03/12/2004)

La première, donc la plus marquante. Nous étions cinq pour la visiter, ce qui n’était pas mal pour un vendredi après-midi. En plus,d’autant que je me souvienne, elle était d’une grande qualité. En tout cas, ça a été une découverte visuelle, même en étant gros lecteur de mangas, tant je n’étais pas familiarisé (sans les ignorer) avec les estampes. À l’époque, je n’achetais pas encore de catalogue mais j’avais pris le petit livret qui était proposé, ainsi qu’un jeu de cartes postales représentant des estampes célèbres. Ce n’est qu’assez récemment que j’ai acquis le catalogue, d’occasion.

Star Wars à la Cité des Sciences et de l’industrie de Paris (25/05/2006)

Les années 2005 et 2006 se sont révélées être chargées avec pas moins de treize expositions sur deux ans (cela fait sourire, c’est ce que l’on fait maintenant en trois mois). C’était aussi l’époque bénie des grosses expos à La Villette (depuis quelques années, la Cité multiplie les petites expositions, et elles se sont toutes révélées être assez décevantes, même si elles ne sont pas toutes dénuées d’intérêt). Nous étions une dizaine pour celle-ci, ce qui est beaucoup, surtout ces derniers temps. Je me souviens d’avoir apprécié le nombre et la diversité des pièces exposées alors qu’il s’agit de cinéma avant tout.

Il était une fois Walt Disney au Grand Palais (12/11/2006)

Encore dix personnes pour aller au Grand Palais afin de réaliser à quel point Disney s’est inspiré des contes et de la culture européenne pour réaliser ses longs métrages d’animation qui ont marqué le monde entier. Il était particulièrement intéressant de voir tout le processus de création, à commencer par les premières recherches graphiques, souvent très éloignées (tout en proposant une base) de l’univers visuel final. Là aussi, je n’ai acheté le catalogue (d’occasion) que des années plus tard, une fois pris de collectionnite aigüe.

Estampes japonaises à la Bibliothèque nationale de France (07/02/2009)

Retour à la culture japonaise grâce à la collection d’estampes de la BNF. L’arrivée sur Paris de beanie_xz a relancé le rythme des expositions qui s’était très fortement ralenti en 2007-2008 pour notre petit groupe de mangaversien·e·s . Il faut dire que notre sino-suissesse est amatrice de ce genre de sorties. Peut-être que cela lui permettait de s’éloigner de l’internat de HEC pendant les week-end (les dimanches, la célèbre école est quand même un peu loin de la « culture » et de toute activité similaire sur son plateau isolé). J’ai longtemps regretté de ne pas avoir acheté le catalogue, cette erreur étant réparée depuis peu, ce qui a été d’autant plus facile qu’il est encore disponible en neuf.

cent pour cent au Musée de la bande dessinée d’Angoulême (31/01/2010)

Il s’agit de la première exposition réalisée dans le tout nouveau Musée de la Bande Dessinée d’Angoulême. Elle consistait en un dialogue entre cents planches issues du fond du Musée avec cent autres créées pour l’occasion. C’est forcément un petit comité (5 personnes quand même) qui a pu la visiter dans le cadre du FIBD 2010. Je me souviens encore d’avoir été surpris par la taille de certaines bandes de daily strips américains, par exemple celles de Prince Valiant réalisées par Hal Foster. Une très belle exposition, une belle réussite pour une première, qui m’a fait acheter sur place le catalogue. Il y a eu une suite très anecdotique…

Science (et) fiction, aventures croisées à la Cité des sciences et de l’industrie (10/04/2011)

Ayant un passé de gros lecteur de SF avec des goûts affirmés et étant peu ouvert aux auteur·e·s pré années 1980 ainsi qu’aux nouvelles têtes de gondole des années 2000, sans oublier que tout ce qui n’est pas roman a du mal à capter mon attention, on pourrait penser que je n’apprécierais pas un tel thème. Et pourtant, si ! Il s’agissait de la dernière grosse exposition (située sur deux niveaux) organisée par la Cité et elle était vraiment réussie. Dommage que le catalogue ne reprenne pas parfaitement l’ensemble des pièces (très variées) exposées. Par contre, le rédactionnel est intéressant à lire, ce qui est (peut-être) le principal.

Hokusai – Retrospektive au Martin-Gropius-Bau à Berlin (30/10/2011)

Il s’agit de la première (et pour l’instant la seule) exposition vue hors de France. J’ai bien été voir Le Journal de Spirou, les aventures d’une rédaction au Musée de la BD de Bruxelles en 2008 mais j’étais seul (sniff). Comparée l’exposition Hokusai organisée par le Grand Palais quelques années plus tard, celle de Berlin avait une scénographie plus simple, et moins de pièces (ce qui n’est pas réellement un souci car la différence entre 350 et 500 ne se voit pas, à ce niveau). Cependant, l’œuvre de Hokusai était appréhendée de la même façon, pour ce que je m’en souvienne. Et puis, moi, du moment qu’il y a La Grande vague de Kanagawa, je suis content !

Phares au Musée national de la Marine (30/04/2012)

L’un d’entre nous (Tanuki, sans vouloir balancer) voulant absolument aller au Musée de la Marine à Paris, donc pourquoi ne pas aller voir Phares ? Ce fut chose faite et cette exposition s’est révélée être une grande réussite. Dommage qu’il n’y avait pas de réel catalogue, juste un album que j’ai fait la bêtise de ne pas acheter (la librairie était fermée lors de notre visite, pour ma défense). Didactique, diverse, artistique, les phares de France ont été superbement mis en valeur. Dommage que les manifestations suivantes n’aient pas été au même niveau…

La Mécanique des dessous, une histoire indiscrète de la silhouette aux Arts Décoratifs (04/08/2013)

Cette exposition a été marquante par sa nature combinée à son intérêt. En effet, il s’agit là de mode et, contrairement à ce qu’une certaine et certains peuvent penser, c’est intéressant, surtout lorsque c’est remis dans un contexte historique ou sociologique. D’ailleurs, le Musée des Arts Décoratifs est un lieu où nous nous rendons très régulièrement depuis cinq ans, que ce soit pour voir du design ou de la mode (par exemple Korea Now! ou Tenue correcte exigée). Cela permet de s’ouvrir à d’autres formes d’art : l’art décoratif est certes plus artisanal (c’est-à-dire reproductible) mais n’est pas moins pensé ou maitrisé techniquement que les arts appliqués ou plastiques.

Les mondes de Gotlib au Musée d’Art et d’Histoire du judaïsme (27/07/2014)

Cela fait longtemps que je ne lis plus les bandes dessinées de Gotlib (Dingodossiers, Rubrique-à-Brac, etc.) mais l’artiste m’a marqué dans ma jeunesse. Je n’allais donc pas rater une exposition lui étant consacré. Bien m’en a pris car celle-ci était bien conçue : l’ordre chronologique est certes classique mais ça reste le plus efficace pour présenter l’œuvre d’un artiste. Surtout, en plus de mieux connaître la vie de Gotlib (dont l’enfance a été rendue plus que « difficile » par les Nazis), nous avons eu le droit de voir de belles planches originales d’un sacrément bon dessinateur.

Mona Hatoum au Centre Pompidou (26/07/2015)

Nous étions venu·e·s pour la rétrospective sur Le Corbusier. Cependant, le clan des « rapides » (l’une et l’un d’entre nous en plus de votre serviteur) en a profité pour faire l’exposition de l’autre Galerie. Bien nous en a pris tant j’estime que c’est celle qui m’a « éveillé » à l’art contemporain pour lequel j’ai toujours eu beaucoup de mal à trouver un quelconque intérêt. Le message artistique mais aussi politique de l’artiste a réussi à me parler et à me faire comprendre que tout n’est pas à jeter dans l’art contemporain (si si, je vous assure ☺). Je n’ai pas hésité un moment quand j’ai trouvé le catalogue d’occasion quelques années plus tard. Nul doute que son travail m’a permis d’apprécier Women House à la Monnaie de Paris quelques années plus tard.

Beauté Congo à la Fondation Cartier pour l’art contemporain (25/10/2015)

Je dois avouer très mal connaître l’art africain, et principalement par le biais de Branly (qui fait surtout dans les « arts premiers »). Cela a donc été une surprise (excellente) de découvrir que le Congo (la RDC en l’occurrence) est un foyer artistique majeur depuis plusieurs décennies. C’est ainsi que nous avons pu apprécier de nombreuses peintures, photographies et même des installations d’un style différent. L’écran géant proposant des entretiens avec certains artistes exposés (du moins, ceux encore vivant car l’espérance de vie semble bien courte au Congo) apportait un plus précieux pour mieux appréhender les œuvres proposées.

Le Grand Orchestre des Animaux à la Fondation Cartier pour l’art contemporain (27/11/2016)

Qui eut cru que je serai capable de rester plus d’une heure dans une salle très sombre à écouter des bruits d’animaux ? Pas moi ! Cependant, c’était sans compter sur la créativité de la Fondation Cartier pour nous organiser une exposition originale, variée et surprenante. Cet organisme sait proposer des manifestations intéressantes et propose une vision de l’art contemporain qui m’attire bien plus que celle du Palais de Tokyo qui semble préférer ce que j’appelle « le foutage de gueule » contemporain, même si on peut y voir des installations qui ne semblent pas totalement inintéressantes. Quoiqu’il en soit, c’était une excellente exposition, marquante à plus d’un titre. Notons que le catalogue est judicieusement accompagné d’un CD audio

Jardins au Grand Palais (18/06 et 21/07/2017)

Je suis assez fan des expositions au Grand Palais. Certes, elles ne sont pas toutes réussies mais on en a toujours « pour son argent », si j’ose dire. Et l’institution sait sortir des sentiers battus, comme l’exposition Carambolages nous l’avait démontré en 2016. Il en est de même avec Jardins. Un thème plutôt original, une scénographie intéressante, une grande variété d’œuvres assez éloignées de ce que l’on a l’habitude de voir. Voilà pourquoi je trouvais dommage que certaines personnes ne puissent pas la voir pour une simple raison de « fainéantise » (et oui, c’est dur les expos le dimanche matin) ☺ et que j’ai organisé deux séances en l’espace de cinq semaines, dont une «  nocturne  » (surtout que ça ne me coûtait rien, vive le passe Sésame).

Artistes et robots au Grand Palais (27/05/2018)

En 2018, il y a eu d’autres sorties que j’aurai pu retenir dans la liste mais j’en ai déjà parlé sur mon WordPress. Je préfère donc évoquer une exposition surprenante, intéressante et préfigurant peut-être le futur de l’art contemporain (futur peu plaisant, si vous voulez mon avis, et pas que dans le domaine artistique). J’ai un peu forcé certains de mes petits camarades pour aller voir cette exposition pour deux raisons : pour amortir mon passe Sésame, il faut faire toutes les expos du Grand Palais (je n’ai pas un CE qui m’en paye la moitié) et j’avais trouvé le catalogue en état neuf à un prix défiant toute concurrence à Gibert Joseph (les joies du Service de Presse revendu dans la foulée). Malgré ces raisons très triviales, nous avons eu droit à une manifestation très intéressante et variée. Une excellente surprise à l’arrivée.

En conclusion…

Comme prévu, j’ai dû écarter de nombreuses expositions dont j’aurai aimé parler comme Miyazaki-Mœbius à la Monnaie de Paris (2005), Turner et ses peintres au Grand Palais (2010), Keith Haring / The Political Line au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris (2013), Korea Now! aux Arts Décoratifs (2015), Gao Bo. Les offrandes à la Maison Européenne de la Photographie (2017) ou Être moderne : le MoMA à Paris à la Fondation Louis Vuitton (2018), mais il fallait faire un choix.

J’aurais aussi pu parler des expositions que j’ai détesté faire comme 1000 Singapour à la Cité de l’architecture et du patrimoine (2015), Cy Twombly au Centre Pompidou (2017) ou Les Forêts natales au Musée du quai Branly (2018), mais pourquoi montrer mon manque de culture ou de goût ☺…

Ceci dit, faire autant d’expositions m’a permis d’améliorer ma sensibilité à certaines formes d’art (mais c’est loin d’être gagné), d’affiner mon goût plastique (une peinture ou un dessin ou une sculpture de femme nue, même non figurative, ou un vase tripode anthropomorphe me sont toujours indispensables pour juger qu’une exposition est réussie ou non, ha ha !) et de mieux comprendre le monde des expositions et des galeries. La curiosité est ici la principale des qualités et j’ai bien l’intention de continuer à la cultiver en 2019 ! Après tout, c’est le slogan de Mangaverse, n’est-ce pas ?

J’en profite pour remercier mes compagnonnes et compagnons d’expositions, tout particulièrement Taliesin, beanie_xz, Shermane, manu_fred, Tanuki et Romiz, sans oublier Shikata ga nai, Adrien de Bats, Sweetpasta et Gally ainsi que tout·e·s les autres.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.