Retour vers la S.F.

Depuis quelques mois, je me suis remis à lire de façon notable de la science-fiction, cette littérature du Futur. En effet, alors que ça faisait de nombreuses années que je me contentais de suivre les (rares) sorties des œuvres de Lois Mc Master Bujold, Vernor Vinge, Tim Powers, Ian M. Banks, Sheri S. Tepper ou de Connie Willis, mon temps de lecture étant accaparé par la bande dessinée, je suis revenu à la S.F. en 2019. Il s’agit là d’un retour vers un passé qui commençais à être lointain.

Adolescent, j’étais un gros lecteur des publications du Fleuve Noir, avant d’estimer en avoir fait le tour et de m’intéresser aux publications de J’AI LU, Denoël et Pocket. J’ai ainsi accumulé ainsi des milliers d’ouvrages (la plupart étant dans des cartons empilés dans le grenier du garage). Au début des années 2000, en revenant au manga (et rejoignant la communauté Mangaverse), j’avais quasi-abandonné ce genre littéraire (que je ne suivais plus que de façon espacée, d’ailleurs).

Ce n’est que récemment que je suis revenu à cette ancienne passion, sous l’influence d’a-yin, grande lectrice de mangas mais aussi de vieilleries… pardon, de classiques de la science fiction qui ne m’ont jamais intéressé. L’année 2017 a été le premier pas effectué en direction de ce retour avec La Ménagerie de papier de Ken Liu, offert pour mon anniversaire. Un auteur récent, donc que je ne connaissais pas… Ayant adoré ce recueil, je complétais cette découverte par les deux novellas parues aussi au Belial. Néanmoins, ça aurait pu rester sans suite, malgré la lecture la même année de La Reine rouge de Lois Mc Master Bujold et d’Interférences de Connie Willis.

Il faut dire que l’année 2018 n’avait pas été marquée par des sorties concernant mes auteur·e·s fétiches. J’ai toutefois réussi à rater le dernier Neal Stephenson et deux Ken Liu, c’est dire à quel point mon intérêt était retombé. C’est alors qu’a-yin (toujours elle) m’a fait plusieurs piqures de rappel : en suivant mes conseils de lire les titres de Connie Willis et de Vernor Vinge, et devant son enthousiasme envers le dyptique Blitz de la première et Un feu sur l’abîme du second (les joies des petits prix chez Book·off), je me suis mis à les relire.

Néanmoins, l’élément déclencheur a été le conseil donné en avril 2019 par kinoumenthe (avec qui je partage une passion pour le travail de Lois Mc Master Bujold) concernant la série de quatre novellas intilutée Journal d’un AssaSynth écrit par Martha Wells. Coïncidence, ce conseil était combiné avec la sortie de la version française chez L’Atalante. J’ai adoré ! Pour enfoncer le clou, c’est à nouveau a-yin qui m’a fait acheter à tout petit prix (donc lire) du Ursula K. Le Guin (Le Livre d’or) et du Alain Damasio (La Horde du Contrevent). Pire : elle m’a offert Les Dépossédés d’Ursula K. Le Guin et l’omnibus Récits du Vieux Royaume de Philippe Jaworski pour mon dernier anniversaire. Pour compléter ce retour à la lecture d’auteurs français (alors que j’en lisais quasiment plus depuis au moins vingt ans), je me suis intéressé à la sortie du dernier roman d’Olivier Paquet : Les Machines fantômes.

C’est ainsi que je me suis retrouvé à retourner de façon assidue sur Noosfere (site que je n’ai jamais réellement abandonné) et même à lire quelques blogs sur la SF. Et voilà que la chronique enthousiaste (avis partagé par d’autres sites) du blog Albedo me fait essayer (et adorer là aussi) L’Effondrement de l’Empire, le tome 1 de la série L’Interdépendance de John Scalzi. Imaginez que j’ai même remis les pieds dans un magasin spécialisé S.F. (La Dimension Fantastique) fin juillet, à qui il faut que je commande les Martha Wells introuvables (et pourtant toujours commercialisés et réédités comme La Mort du nécromant) et d’autres John Scalzi (tant qu’à faire le déplacement). Et voilà comment on opère un retour vers le passé !

14 réflexions sur “Retour vers la S.F.

  1. Félicitations, Hervé ! Et bienvenue dans la SF de ce 15 dernières années (+ ou – xD). Malheureusement, Martha Wells n’était que peu traduite jusqu’ici, mais j’espère que MURDERBOT auront le succès qu’ils méritent. Je suppose que les deux novellas qui concluent leur histoire ne vont pas tarder à sortir, et un nouveau roman arrive l’année prochaine (en anglais). Ce qui me chagrine, c’est que son absolument fantastique série des Raksuras n’est pas traduite. C’est de la science-fantasy aventuresque comme je n’en avais plus lu depuis des plombes, absolument magnifique et impossible à abandonner après le premier tome.
    De Ken Liu, je n’ai lu que le premier, mais j’avais beaucoup aimé.
    SI tu as aimé Jaworski, je te conseille Gagner la guerre, qui reprend un personnage d’une des nouvelles du recueil.
    Je n’ai pas encore lu la nouvelle série de Scalzi, mais c’est une « valeur sure », et si tu n’as rien lu d’autre de lui… je te conseille tout. En particulier la série du Vieil homme la guerre, qui l’a propulsé parmi les bestsellers, mais tout est bon chez Scalzi. En One-shots, Red Shirts était aussi vachement bien.
    J’ai adoré La Horde du Contrevent, mais Damasio n’a pas l’air d’avoir fait des étincelles depuis… j’ai essayé La Zone du Dehors, mais je n’ai pas aimé.
    Le Guin est une classique, bien sûr, mais je ne l’ai lue que sporadiquement.

    Pour Martha Wells, La série d’ïle rien (la mort du nécromant, etc) est une série de science-fantasy, plutôt que sf, un genre dans lequel elle excelle. Ses deux romans solitaires non traduits sont tout aussi fantastiques. Elle mérite vraiment d’être plus largement connue, et traduite !

    Aimé par 1 personne

    • En fait, il ne reste plus qu’une novella à sortir à la fin de l’année pour Murderbot (AssaSynth en VF), la troisième étant commercialisée depuis fin aout. J’imagine que tu as lu la VO du recueil de Ken Liu, qui est plus complète que son équivalent VF (il y a L’Homme qui mit fin à l’histoire par exemple).

      Concernant Martha Wells (j’aimerai tant que ressorte en VF une autre Martha : Randall), je vais effectivement m’attaquer à sa série de l’Île Rien. Et concernant Scalzi, j’ai coché Le Vieil homme et la guerre. Et ton conseil ne fait que renforcer ce choix 🙂

      Je suis en train de lire Gagner la guerre de Jaworski mais le style de l’auteur, assez artificiel, je trouve, rend ma lecture assez pénible. Pourtant, j’aime bien l’épique (je suis fan de Moonsorrow, la référence en Epic Pagan Metal, ha ha). Mais c’est en pause pour lire autre chose, son pavé est vraiment trop grosà mon goût. Mais bon, je vais devoir m’y remettre, forcément 🙂

      Pour Damasio, j’étais circonspect devant le pavé (c’est vraiment une mode) et les toutes premières pages. Cependant, j’ai très vite accroché et fini par reconnaître les personnages d’après leur pictogramme (mais bon, c’est pas facile, surtout au début).

      En tout cas, je te remercie pour le « coup de pouce » Martha Wells !

      J'aime

      • Oui, La Horde du Contrevent est vraiment difficile au début. J’ai presque failli laisser tomber parce que je trouvais ça artificiel et très gimmick m’as-tu-vu, mais j’étais intriguée et j’ai persévéré. Il ne m’a pas fallu très longtemps pour vraiment entrer dedans.
        (Et donc, c’est intéressant, parce qu’en fait, cette histoire c’est pas de la fantasy, mais soit de la SF ou de la science-fantasy :D)
        ça m’avait fait un peu pareil pour Perdido Street Station de China Miéville. C’est quelqu’un dont bouquins sont d’entrée difficile pour moi, mais fascinants au bout de quelques pages. Il a plein de défauts, mais c’est un auteur génial.
        C’est pour ça que j’évite de renoncer trop vite à lire un truc, je sais que parfois il me faut un peu de temps pour rentrer dans un bouquin.
        Mais bon, par contre, j’ai détesté La zone du dehors de damasio. j’ai laissé tomber au bout d’une vingtaine de pages.
        Ken Liu, j’ai seulement lu The Paper Menagerie en fait. Et ses traductions de Liu Cixin. (the wandering earth… j’ai regarde le film y’a quelques mois. rhalala, la propagande chinoise xD mais c’était un blockbuster tout à fait acceptable. et le premier tome du 3 body problem.)

        J'aime

  2. Je ne pensais pas avoir eu une influence sur ton retour vers la SF! Pour moi, tu ne l’avais jamais quittée en fait 🙂 . En tout cas, contente que tu découvres des titres, que tu aimes ou non d’ailleurs! Je me demande ce qu’il en sera pour Damasio, je ne sais vraiment pas si ça te parlera même après les premières pages plus que déroutantes (perso j’ai bien failli laisser tomber!).

    Je te remercie vraiment pour Connie Willis, surtout Sans parler du chien qui est vraiment excellent. Grâce à toi, j’ai découvert l’univers de Dunworthy et j’espère bientôt lire Le grand livre et quand j’aurai mis la main dessus le recueil de nouvelles Les veilleurs. J’ai aussi adoré le peu que j’ai pu lire de la Saga Vorkosigan (avec une préférence pour le personnage de Bothari ^^; ). Je suis d’ailleurs sur Tim Powers avec Poker d’âmes, pas du tout simple au début bien qu’accrocheur. Etonnée d’accrocher vu que je ne comprends rien au poker, mais quelque part, la mythologie me fait un poil penser à American Gods (c’est plutôt le contraire d’ailleurs)!

    Un feu sur l’abîme est une vraie découverte mais je dois encore dire que ce n’était pas une lecture facile, loin de là. Par contre, j’ai vraiment adoré les créatures inventées par Vinge, que ce soit les Dards ou encore les Cavaliers des Skrodes toutes deux bien bizarres!!!

    Je vois que alamenthe est vraiment de bon conseil en tout cas et je lirai aussi Martha Wells un jour. Pour le reste, j’ai encore beaucoup à découvrir aussi! Je ne peux pas dire que je suis fan de vieilleries SF en fait, à part Le Guin (que j’adule mais même là, il m’en reste encore à lire…) parce que j’ai eu beaucoup de mal sur Les seigneurs de l’Instrumentalité (fini par abandonner après les 2 premiers tomes), je n’ai pas particulièrement été touchée par 2001: L’odyssée de l’espace ni Solaris, sans parler de La nuit des temps qui m’est même tombée des mains. Quant à Un bonheur insoutenable, j’ai aussi eu un peu de mal sur la narration que je trouvais assez linéaire et très descriptive. Des années 70 je suis très fan des Monades urbaines.

    Quant à Ken Liu, trop hâte de pouvoir lire un jour L’homme qui mit fin à l’histoire. La ménagerie de papier fut excellent, surtout la nouvelle titre qui m’a vraiment mais alors vraiment déprimée… Il y a aussi tout ce rapport avec l’exile, la culture d’origine non assumée, l’incommunicabilité, et la langue…

    Je continue à essayer d’explorer (un jour, j’y arriverai) Christopher Priest. Puis un jour, je veux trop lire Jo Walton et Octavia Butler… mais le « jour » me paraît souvent si lointain!

    Aimé par 1 personne

    • Bah, tu lis plein de Philip K. Dick, si c’est pas de la vieill… lecture de classiques, ça 🙂

      Je suis en train de relire (oui, je -re-lis souvent deux ou trois romans en parallèle, et c’est une ancienne habitude) Interférences. C’est clairement le moins bon des titres de Connie Willis. De cette auteure, je conseille très fortement Passage, histoire de lire quelque chose de différent (du moins, dans un autre cadre).

      Tim Powers est un excellent auteur mais assez difficile à lire. Outre Poker d’âmes (qui est mon préféré, lu 5 fois en 25 ans), il y a À deux pas du néant qui est un peu dans la même veine (que j’avais raté lors de sa sortie, preuve de mon décrochage). Il y a aussi Les voix d’Anubis à lire. Mais tout n’est pas indispensable dans sa biblio.

      Quand à Vernor Vinge, je conseille aussi Au tréfond du ciel qui propose des extra-terrestres vraiment originaux. En plus, on retrouve Pham Nuwen, à l’époque des queng Ho !

      J'aime

      • Mon préféré de Powers c’est « sur des mers plus ignorées » (on stranger tides). Mais bon, enfait j’ai lu peut-être trois romans de lui, celui-ci y compris, mais c’était il y a longtemps (les voies d’anubis et The Drawing of the Dark à la période où je commençais à lire en anglais.)
        C’est plutôt de la fantasy mélangée de steam punk, ou de la fantasy historique.
        Y’a longtemps que je dois recommencer à essayer Dick, mais y’a tellement de trucs récents intéressants à lire, j’ai pas trop le temps… En plus j’essaye de lire surtout des femmes si possible, alors ça aide pas xD

        J'aime

  3. Peu de lectures SF pour moi cette année, en dehors de « L’homme qui mit fin à l’Histoire » et « Cookie Monster ». Ma PAL est pleine de la biblio quasi complète d’Arnaldur Indridason, des aventures de Thursday Next et d’essais féministes.
    Quand j’aurai fini tout ça (dans deux ans peut-être, ahah), j’irai voir si je trouve la suite de la saga Vorkosigan à la bibliothèque, j’avais bien aimé les trois premières intégrales.

    Histoire de rajouter quelques idées lecture :
    * de Greg Egan (pas facile d’accès) : la nouvelle « Cérès et Vesta », « Isolation » ;
    * d’Ursula Le Guin : « L’autre côté du rêve » ;
    * de Vernor VInge : « La captive du temps perdu » (mais pas « Rainbows End », trop poussif) ;
    * de Terry Pratchett et Stephen Baxter : la saga de « La Longue Terre » ;
    * de Clifford D. Simak : « Demain les chiens ».

    Aimé par 1 personne

    • Cela fait quand même deux bonnes lectures (même si elles étaient courtes). Cookie Monster de Vernor Vinge est effectivement très bien. C’est vrai que Rainbows End est assez poussif, mais il y a une vision du tout connecté (ce qu’on connait actuellement) qui était intéressante pour l’époque.

      Concernant Thursday Next, j’ai lâché l’affaire avec Délivez-moi ! qui m’a énormément déçu (pas pu le finir). Il faudrait que j’essaye Le Puits des histoires perdues pour donner une dernière chance à l’auteur. J’attendrais un exemplaire à 1 euro à BookOff 🙂

      Pour la saga de « La Longue Terre », j’ai décroché au second tome, que j’ai trouvé inintéressant au possible. Déjà que j’avais eu un peu de mal à finir le premier.

      Greg Egan, j’ai toujours eu du mal avec ses œuvres (j’en ai plusieurs en Ailleurs et Demain), je ne prévois pas d’y revenir. Mais bon, je note quand même tes deux conseils, je pense du coup tester la novella dès que je la trouverai d’occase à Gibert.

      Concernant Le Guin, je laisse a-yin me dicter mes lectures : je dois donc lire La Main gauche de la nuit avant tout autre titre de l’auteure 🙂

      Enfin, pour la saga Vorkosigan, le quatrième tome de l’intégrale est à lire absolument. Ensuite… C’est le début de la romance entre Miles et Ekaterin, et j’avoue ne pas être trop fan de cette partie. Néanmoins, alamenthe t’en parlerait bien mieux que moi, avec un avis plus valable 🙂

      Pour terminer, j’ai lu Demain les chiens il y a tellement longtemps que je n’en ai aucun souvenir. J’ai lu énormément de Clifford D. Simak mais ça fait partie des vieilleries qui ne m’intéressent plus. C’était une autre époque, c’est un passé révolu 🙂

      J'aime

      • Ah, pour Thurday Next, tu bloques au deuxième. Je te dirai quand j’en serai là, j’ai un peu bouleversé mon ordre de PAL pour y intégrer « Le phare au corbeau ».
        « Cérès et Vesta » peut te plaire et a le bon goût d’être court. « Isolation » est le roman le plus facile d’accès d’Egan (en dehors des nouvelles, quoi), notamment parce que c’est un thriller. Mais bon, te force pas, y a plein de livres à ton goût qui te tendent les bras 😉

        J'aime

  4. Ouais enfin bon, moi j’aime tout ce que Bujold écrit, alors question critique on repassera xD
    Mais en ce moment je remarque je lis surtout de la fantasy et de la science-fantasy. J’ai lu tellement de « classiques » de SF écrits par des mecs dans ma jeunesse, je suis sûre que je détesterait la moitié de tout ça maintenant mais je n’ai pas l’intention de les relire pour voir, la vie est trop courte.
    Quand j’étais ado, j’étais beaucoup moins sensible au sexisme inhérent de beaucoup de ces œuvres, j’ai seulement commencé à trouver lourd beaucoup des bouquins de hard-sf que je lisais durant ma vingtaine. C’est aussi l’époque où j’ai lu beaucoup de McCaffrey (pas juste Pern, tout ce que pouvais trouver d’elle, surtout en anglais) et Bujold en particulier.

    J'aime

  5. Je n’aime pas la littérature science-fiction. J’ai lu avec attention ton article pour choisir des livres pour mon conjoint qui lui apprécie beaucoup. J’ai opté pour Journal d’ un Assynth et j’avoue être tombé dedans en le feuilletant … Je vais peut-être me mettre à la science-fiction . Merci 😉

    Aimé par 1 personne

    • Merci pour la confiance pour ce billet et cette lecture. En fait, la SF est un genre extrêmement varié et qui a beaucoup évolué au fil du temps. Entre les œuvres parlant du présent, certaines n’étant estampillées SF alors que ça en est, et les ouvrages cherchant à explorer le futur le plus lointain ou bigarré, sans oublier les nombreux styles d’écritures, il y a de quoi faire et se perdre. Journal d’un Assasynth a l’avantage d’être efficace, facile à lire tout en ayant un fond et en posant, mine de rien, toute une série de pistes de réflexion sur l’évolution de notre société de plus en plus dirigées par les algorithmes et l’hyper connexion. Bref, une lecture que j’ai adoré. Ceci dit, je suis actuellement dans une phase de non-lecture de SF et ça commence à s’accumuler sur mes étagères…

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.