2019, une année d'expositions

Si j’ai beaucoup écrit en 2018 sur les expositions et sur l’art, cela n’a pas été le cas en 2019 avec un seul et unique billet portant sur le sujet. Pourtant, l’année qui vient de s’écouler n’a pas été avare en visites (pratiquement quatre par mois). Néanmoins, je peine un peu à citer les plus enthousiasmantes, ce qui pourrait expliquer un certain silence sur ces douze derniers mois. En fait, une des deux qui m’ont vraiment emballé n’est pas éligible car elle n’a duré que les cinq jours du Festival d’Angoulême : « Batman 80 ans » a bénéficié d’une scénographie assez incroyable et d’un contenu varié s’adressant à plusieurs types de publics (des néophytes aux fans). C’était d’autant plus fort qu’il s’agissait d’une exposition de festival, donc très éphémère.

Il y a quand même une exposition qui m’a tout particulièrement plu et qui se place donc en haut de mon top 2019 : « Charlie Chaplin, l’homme-orchestre ». Quand on pense que je n’avais pas prévu de la faire, on peut avoir des doutes sur la qualité de la programmation que je réalise tous les trois-quatre mois. La Philharmonie de Paris a réussi à présenter de façon chronologique l’œuvre de Chaplin (en très grande partie muette) sous l’angle musical, montrant les qualités de compositeur de celui-ci mais aussi sa science du film muet en N&B.

Il ne reste donc qu’à évoquer les expositions « simplement » intéressantes. Cela va être rapide, surtout qu’elles se sont principalement concentrées sur janvier. Il y a eu tout d’abord « Picasso. Bleu et rose » au Musée d’Orsay. Pour un ignare comme moi en histoire de l’art, il était vraiment intéressant de connaître ces deux périodes artistiques du maître de la peinture moderne. Ensuite, il y a « Giacometti – Entre tradition et avant-garde » au Musée Maillol. Si le titre est d’une nullité totale, ce n’était pas le cas de l’exposition, surtout pour quelqu’un comme moi qui apprécie le travail du sculpteur italien. Il est d’ailleurs prévu d’aller voir sous peu « Cruels objets du désir ». Enfin, concernant aussi le début de l’année 2019, je retiens deux expositions plus japonisantes : « Vagues de renouveau. Estampes japonaises modernes 1900-1960 » à la Fondation Custodia et « Taiyô Matsumoto – Dessiner l’enfance » au Musée d’Angoulême.

Ensuite, il faut attendre trois mois pour trouver un autre événement qui m’ait vraiment intéressé : « Vasarely – Le partage des formes » au Centre Pompidou. C’était l’occasion de découvrir tous les aspects de l’œuvre de l’artiste franco-hongrois et de replonger dans un certain esthétisme des années 1970-1980. Une dimension nostalgique (je crains que je ne commence à le devenir) n’est certainement pas étrangère à mon appréciation finale. Il faut à nouveau laisser passer six  mois et l’exposition « Mondrian figuratif au Musée Marmottan Monet » pour avoir quelque chose d’un peu captivant. Certes, « Rouge. Art et utopie au pays des Soviets » (Grand Palais) ou « Le modèle noir, de Géricault à Matisse » (Orsay) étaient bien sympathiques mais, en partie, déjà vues en d’autres occasions.

Il y a eu deux grosses déceptions : « Computer Grrrls – Histoire·s, genre·s, technologie·s » à La Gaîté Lyrique et « Nous les Arbres » à la Fondation Cartier pour l’art contemporain. Dans le premier cas, la scénographie était complètement ratée et une grande partie de l’exposition, plutôt hors sujet de mon point de vue, était consacrée à de l’art contemporain (avec des œuvres suffisamment nulles pour aller au Palais de Tokyo, si vous voulez mon avis, ha ha !). Pour la seconde, l’attente d’avoir quelque chose d’aussi réussi que « Le Grand Orchestre des Animaux » était trop forte (surtout que le communiqué de presse faisait bien le parallèle). Le résultat était, somme toute, banal et manquait de variété. Sur un thème proche, « Le rêveur de la forêt » au Musée Zadkine était bien mieux (mais trop petite et avec trop peu de pièces pour être réellement marquante).

Pour conclure, il n’est pas étonnant, malgré un total annuel de 44 expositions visitées, de constater que depuis six mois, nous ne tournons plus qu’à deux visites mensuelles. Autre constatation, nous avons découvert pas moins de six nouveaux lieux : la Fondation Custodia, La Gaîté Lyrique, la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé, la Bibliothèque polonaise, le Musée Zadkine et la Philharmonie de Paris, liste à laquelle il faudrait ajouter le nouvel emplacement (peu emballant) de la Fondation Henri Cartier-Bresson. Après, difficile de dire comment l’année 2020 va se dérouler car, même si le programme est chargé, il m’est impossible d’estimer à quel point il sera respecté. Bah ! On verra bien…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.