En proie au silence

Misuzu Hara est une jeune professeure dans un lycée d’une quelconque ville japonaise. Un de ses élèves (Nizuma) rencontre des problèmes avec ses camarades, accusé par la rumeur dans un premier temps d’être gay, puis de sortir avec une femme mariée. En tant que professeure principale de cet élève, c’est à elle de gérer le problème. Parallèlement à cela, Misuzu a fait la connaissance du fiancé (Hayafuji) de sa meilleure amie, Minako. Or, celui-ci devient rapidement son amant, Mizunu n’ayant pas su résister à ses avances. Elle se retrouve ainsi coincée dans une relation toxique basée sur le mensonge et la dissimulation. Il en résulte un nouvel exemple d’une relations homme-femme basée sur la contrainte et les rapports de force, force qui est du côté des hommes bien entendu, étant donné que nous sommes dans une société foncièrement sexiste, voire phallocrate.

Akane Torikai n’est pas une débutante dans l’industrie du manga : elle a plus de 15 années de carrière professionnelle. Elle a débuté en 2004 à l’âge de 23 ans. Après des débuts dans le shôjo (dont certains sont « matures »), elle s’est assez rapidement orientée vers des œuvres destinées à un public plus âgé en faisant du seinen dans Morning Two et du josei dans BeLove et dans Feel Young, ainsi que dans d’autres magazines dits culturels. Elle a actuellement une série en cours dans Big Comic Spirit intitulée Saturn Return. La série qui nous intéresse aujourd’hui, En proie au silence, a été prépubliée dans Morning Two entre 2013 et 2017 et a fait parler d’elle par son attaque directe de la phallocratie et la misogynie japonaise.

N’hésitons pas à le dire : le tome 1 n’est pas excellent, loin de là. Le propos d’Akane Torikai manque de subtilité et la narration n’est pas fluide. Le tout n’est pas aidé par un dessin sans originalité, très « seinen ». Il est toutefois de bonne facture et efficace, ce qui est le principal. Ajoutons à cela des personnages un peu trop caricaturaux et une narration reposant trop sur des récitatifs au début, et nous avons des éléments pouvant amener à laisser de côté la série. Nous sommes loin du chef d’œuvre annoncé (une fois de plus) par Akata (oubliez cette communication, un peu insupportable par ses perpétuelles exagérations). Heureusement, derrière ces quelques défauts, il y a un message, un contenu qui peut interpeller aussi bien le public féminin que masculin (ou du moins, qui devrait interpeller). Il est à noter que la lecture du tome 2 passe nettement mieux malgré un premier chapitre qui est dans la droite ligne du volume 1. La mangaka y développe ses personnages et leurs interactions, notamment par le biais de Misuzu et Nizuma. Surtout, elle continue à illustrer ses thèmes et à les approfondir. Elle en aborde même de nouveaux, comme celui de la liberté des femmes sur leur corps.

En proie au silence traite donc des relations homme-femme dans la société japonaise actuelle (mais cela est directement transposable dans les sociétés occidentales). Le thème principal est celui de la masculinité qui repose sur la misogynie et le sexisme. Akane Torikai fait le constat que les femmes sont à la disposition des hommes, notamment (surtout ?) sexuellement. Elle aborde différents thèmes dans le tome 1 comme l’obligation « d’être belle » et l’obligation de se marier. En effet, tel qu’il est conçu, le mariage est un mode de vie qui s’impose à tout le monde : le mariage garantit la cellule familiale et la solidarité intergénérationnelle. Le célibat est donc un problème, pas un choix de vie. Il y a une réprobation généralisée du célibat, notamment dans le monde du travail et au sein du cercle familial. C’est ainsi qu’il y a un « âge normal du mariage » qui est une horloge sociale imposée aux femmes plus qu’aux hommes. Les célibataires qui dépassent cet âge (30 ans au Japon) sont considérés comme des perdants, voire comme des parasites. Passé 35 ans, c’est fichu, il devient quasiment impossible de se marier alors que c’est une volonté qui semble partagée (du moins dans les sondages).

Il faut dire aussi que les rôles H/F sont distribués dans le mariage : il y a complémentarité et non égalité, surtout pour les tâches domestiques : l’homme doit avoir une situation financière stable et la femme doit s’occuper du foyer. Cependant, cette situation n’est confortable pour personne, y compris pour les hommes. En effet, la règle des 3 H (Haut niveau de rémunération, Haut niveau d’éducation et Haute taille) s’imposent à eux et malheur à ceux qui n’arrivent pas à correspondre à cette règle. Or, pour le confort de tous, à commencer pour les femmes dominées et exploitées car en état de dépendance financière, il vaudrait mieux que s’applique la règle des 3 C (Confort, Coopération, Communication).

Les relations amoureuses homme / femme passent par l’obligation d’être actifs pour les premiers, passives pour les secondes. En proie au silence présente plusieurs situations intéressantes illustrant ce thème et ses limites : il y a Erisa Misakana, la lycéenne très populaire qui n’a pas l’air soumise à Wadajima, son (plus ou moins) petit copain. Il y a aussi Niizuma qui a couché avec une femme mariée. N’oublions pas la petite amie officielle de Niizuma qui se demande si elle doit accepter les avances des (rares) garçons qu’elle intéresse (certes, elle a de gros seins mais elle est plutôt grosse et quelconque). Il y a surtout Hayajuji, le type même du prédateur sexuel qui sait manipuler les femmes pour obtenir ce qu’il veut : leur sexe. Ce même Hayajuji vit en couple avec Minako mais trouve toujours l’excuse du travail pour repousser les besoins de cette dernière. Le besoin sexuel féminin est ainsi plus ou moins mis en avant mais considère aussi que l’acte sexuel peut être une sorte de négociation entre la femme et l’homme, on couche pour exprimer le souhait d’être en couple. Cette considération se retrouve, confirmée ou infirmée par les différents personnages de la série.

Rappelons qu’au Japon, si le sexe masculin est glorifié notamment à travers plusieurs fêtes phalliques, celui féminin est tabou et ne doit pas être représenté. Megumi Igarashi s’en est aperçue à ses dépens lorsqu’elle s’est retrouvée en prison à cause de son « art vaginal ». Sa démarche artistique (représenter sa vulve sous différentes formes) est de casser le tabou entourant le sexe féminin, caché et qui doit le rester (lire son manga L’art de la vulve, une obscénité ? pour plus de détails). Ce tabou est un puissant instrument de contrôle des hommes sur les femmes, comme les deux premiers tomes d’En proie au silence le montrent. Akane Torikai rappelle aussi que dans la relation sexuelle, l’homme est la plupart du temps l’initiateur, le demandeur. Si dans l’imagerie érotique et pornographique, la femme doit démontrer sa « pureté » par le refus (modéré), du moins dans un premier temps. L’homme, par insistance et talent, va apporter la jouissance à la femme qui va finir par apprécier la relation. Il faut noter que ce n’est pas toujours le cas dans le manga et que la mangaka cherche à démonter ce fantasme masculin par différentes scènes de sexe (peu explicites en dehors d’un sein apparaissant ici ou là).

Ainsi, l’homme, initiateur des relations sexuelles dans nos sociétés, peut exercer la contrainte : relations forcées par manipulation mentale, ce qui peut être considéré comme un viol, même sans contrainte physique ni pénétration (au Japon, comme en France, pour qu’il y ait viol, il faut pénétration sinon, c’est une agression sexuelle). En proie au silence nous montre la difficile nuance entre acceptation passive et viol, et surtout nous montre les traumatismes qui peuvent en résulter. Que ce soit le comportement passé d’un ancien petit copain de Minako, qui a violé littéralement Misuzu (même si celle-ci ne se défend pas), ou les exigences sexuelles d’Hayafuji, le fiancé de Minako, une seule conclusion s’impose : l’homme est un agresseur, il exige et finit par obtenir ce qu’il veut de la femme.

Le sentiment de culpabilité, comme celui de honte, est un puissant outil de protection des agresseurs. Les femmes intériorisent ce qui leur est arrivé car elle se sentent coupables et honteuses. Le fait que la société refuse d’entendre et de comprendre la position des femmes abusées et va jusqu’à leur faire porter la responsabilité des actes qui se sont produits, permet ainsi une véritable culture du viol. Remarquons que dans le manga, comme cela se produit la plupart du temps dans la réalité, le viol est réalisé dans l’espace privé (au domicile ou dans un lieu de rencontre privé) par une connaissance (plus ou moins proche) de la victime et non pas par un inconnu dans l’espace public.

En proie au silence, malgré quelques défauts formels (surtout sur le premier tome), se révèle être une lecture indispensable et peut aider hommes et femmes à mieux comprendre à quel point le sexisme est toxique, surtout pour les femmes. Un changement rapide des mentalités est indispensable pour une relation plus harmonieuse et plus équilibrée. La postface de Moto Hagio proposée par le tome 2 va bien évidemment dans ce sens. Nous ne pouvons que féliciter les éditions Akata de proposer au lectorat francophone une lecture au contenu si important, pour ne pas dire vital.

3 réflexions sur “En proie au silence

  1. Merci pour ton avis éclairant et rassurant, j’avais un peu peur de m’engager dans la suite après avoir été refroidi par le discours un peu flou ou ambigu du moins de l’autrice dans le premier tome. Là, ça a l’air tout aussi dur mais le propos se tient.

    Aimé par 2 personnes

    • Oui, heureusement que le tome 2 est bien meilleur et laisse augurer une « montée en puissance » de la série. Je vais tanner Akata pour avoir le PDF du tome 3, histoire d’avoir la confirmation de cette amélioration et que le qualitatif de « chef d’œuvre » s’explique un peu plus 🙂

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.