Sexy Cosplay Doll

La période de confinement actuelle donnant beaucoup de temps à passer de la manière la plus intéressante possible, voici (déjà !) une nouvelle chronique sur une série dont le troisième tome vient juste de sortir chez Kana. Le but est, comme pour le précédent billet consacré à En proie au silence, d’apporter un certain nombre de clés de lecture aux personnes pouvant être intéressées par un titre bien plus remarquable que de prime abord. Je remercie Manuka pour sa relecture qui m’a permis d’éliminer de trop nombreuses fautes.

Wakana Gojo est un lycéen plutôt solitaire. Il faut dire que sa passion pour la confection des poupées traditionnelles japonaises n’est pas banale et n’est pas partagée par ses nouveaux camarades de classe. C’est une passion solitaire depuis déjà l’école primaire et au collège. De plus, il est encore plus difficile de se socialiser quand on a perdu ses parents et que l’on doit vivre avec son grand-père, un artisan reconnu qui lui a transmis cet amour pour les poupées précieuses. Il est nécessaire de consacrer énormément de temps pour se perfectionner et arriver à créer de véritables œuvres d’art. De son côté, Marine Kitagawa est l’une des filles les plus populaires de l’établissement scolaire. Extrêmement mignonne, soignée, extravertie, amicale et pleine d’énergie, elle n’a aucune difficulté à établir des relations amicales avec ses congénères. Elle arrive même à adresser la parole à un loser comme Wakana.

Pourtant, les deux vont être amenés à passer beaucoup de temps ensemble. En effet, il existe un point commun entre ces deux êtres qui semblent pourtant vivre dans des mondes différents. L’un et l’autre ont une passion peu avouable : Wakana est un couturier accompli en vêtements de poupées, une compétence toute féminine, n’est-ce pas ? Quant à Marine, elle est fan d’animés mais aussi de jeux vidéo, notamment de dating games érotiques, passion peu banale pour une jeune fille, pour ne pas dire anormale, hein ! Surtout, elle rêve de pouvoir incarner son personnage préféré, Shizuku Kuroe du jeu Sexy Miracle 2, L’Académie pour filles La Vierge fidèle et les demoiselles du club de masochisme.  Problème : Marine est incapable de confectionner le moindre vêtement. Qu’à cela ne tienne, Wakana est là ! En fait, ils étaient faits pour se rencontrer malgré leurs différences…

Sexy Cosplay Doll est une série prépubliée depuis 2018 dans le magazine Young Gangan des éditions Square Enix. Le numéro d’octobre 2019 a proposé un supplément photo avec la cosplayeuse Iori Mori en Marine et en Shizuku. Il s’agit d’un bimensuel classé en seinen, mais visant un public d’hommes assez jeunes, comme son nom l’indique et comme son contenu, notamment ses couvertures, laissent supposer. Les titres avec des jeunes filles aux formes (très) développées et pas toujours très habillées y sont légion, même si comme dans tout mangashi, une véritable diversité dans les histoires et les styles est présente. Ce support est loin d’être inconnu ici, plus d’une trentaine de séries ayant été traduites en français, principalement par Ki-oon. Le titre qui nous intéresse ici compte pour l’instant quatre (bientôt cinq) tomes dont trois sont disponibles en français chez Kana. Son auteur est… surprise, une femme, cachée derrière un nom de plume assez opaque : Fukudashin1 (福田晋一, Shinichi Fukuda à l’international).

La mangaka a débuté professionnellement dans le métier après avoir gagné un concours du Weekly Shônen Ace (Kadokawa Shoten), ce qui lui a permis d’y être publiée à partir de 2007. Après quelques histoires courtes et une première série comptant deux volumes, elle passe en 2012 chez Shonen Gahosha, pour proposer dans Young King une création, Momoiro Meloik, qui va rencontrer un certain succès et durer dix tomes. Surtout, elle y introduit un certain érotisme soft basé sur des « gros plans culottes et décolletés », ici, teinté de lolicon et de sentiments incestueux. En 2018, nouveau changement d’éditeur avec Sexy Cosply Doll. Et toujours cet aspect sexy qui semble devenir une marque de fabrique. Cependant, cela ne surprendra pas les lectrices et lecteurs de l’article « Mangas sous XX : ces femmes qui écrivent pour les hommes » disponible dans le numéro 3 de la revue d’étude Manga 10 000 images : Shinichi Fukuda n’est pas n’est pas la première, loin de là !

Le premier tome de Sexy Cosply Doll introduit donc les deux personnages principaux de la série : Wakana et Marine. Le premier est donc solitaire. Cet isolement s’explique par un véritable traumatisme enfantin, lorsqu’une de ses camarades le rejeta car il aimait les poupées. Depuis des années, il consacre tous ses loisirs à apprendre à peindre des têtes de poupées traditionnelles, les poupées « hina », celles utilisées pour la fête du même nom. Il est donc l’archétype du lycéen peu sûr de lui mais qui possède un talent caché. Seulement, cette capacité extraordinaire l’est surtout parce qu’il s’agit d’une activité dite féminine. Voilà qui casse complètement ce modèle issu du shônen manga. Wakama nous rappelle le héros d’Otomen, Asuka Masamune, qui est féru de « trucs de fille » comme la couture et la cuisine, sans que cela remette en cause sa virilité dans ce shôjo manga.

Le second protagoniste, Marine, est tout l’inverse. Sa joie de vivre et son enthousiasme sont en total contraste. Néanmoins, il ne faudrait pas penser qu’elle représente la lycéenne populaire typique qui ne pense qu’à plaire. De plus, elle aborde plusieurs caractéristiques des kogals, ces jeunes filles branchées. En effet, ses cheveux sont manifestement teints, elle porte de multiples piercings à l’oreille, des lentilles teintées, sa jupe est extrêmement courte, sa mise est très soignée. Elle fait penser à Matsui, la camarade sexy d’Asai, l’héroïne de la série Otaku Girl (un seinen), ces différentes jeunes filles étant de véritables amatrices de manga et d’animés, ce qui est un handicap certain dans la société fermée d’un lycée japonais. Toutefois, cela ne signifie pas qu’elle soit écervelée ; ça ne signifie pas plus que ce soit une jeune fille facile, loin de là. Rapidement, nous nous apercevons qu’elle a les pieds sur terre et qu’elle est plutôt ingénue dans le domaine sentimental (comme de bien entendu).

Formellement, Sexy Cosply Doll ne présente pas réellement d’originalité. Le dessin, soigné, ressemble à de nombreux young seinen que l’on peut voir fleurir actuellement. Par exemple, il est frappant de voir à quel point le graphisme de Shinichi Fukuda est souvent proche de celui de Takahiro Oba (un homme) qui dessine Sky High Survival. À la limite, nous pourrions estimer que le style de la mangaka avait une touche plus personnelle dans sa précédente série. La narration, par contre, est dense et fait plus penser à du shôjo manga entre nombreux dialogues et monologues intérieurs, et avec une certaine déstructuration des planches. L’utilisation régulière de personnages chibi est aussi à noter. Concernant le contenu, le récit avance rapidement, ce qui permet de bien caractériser les personnages durant le premier chapitre. Ce dernier est assez long, une cinquantaine de pages. Les suivants sont plus courts, en adéquation avec un rythme de prépublication bimensuel : une vingtaine de pages, entrainant une narration plus nerveuse, ce que l’on retrouvera dans les tomes suivants.

Le tome 2 développe l’histoire mise en place précédemment : Wakana a réussi à créer le costume de Shizuku à temps pour que Marine puisse le porter à l’occasion d’une des nombreuses manifestations de cosplay qui sont organisée à Ikebukuro, un des quartiers de Tokyo réputé pour ses magasins dédiés à l’univers des animés, du jeu vidéo et du manga. La zone commerciale appelée « Otome Road » y est située, nous sommes donc bien en pleine culture otaku. C’est d’ailleurs à Ikebukuro que notre apprentie cosplayeuse et son couturier « personnel » sont allés faire leurs achats de matière première et d’accessoires. C’est l’occasion pour Shinichi Fukuda de montrer le monde du cosplay (et de placer quelques belles planches muettes), d’expliciter quelque peu ses rites, ses contraintes et ses joies. Le récit est alors plus démonstratif et plus lent. L’auteure en profite pour placer un certain nombre de scènes sexy. Surtout, elle introduit à la toute fin du tome un nouveau personnage, mettant ainsi en place par le biais de l’habituel cliffhanger la suite son histoire.

Shizuku effectue donc ses premiers pas dans le monde du cosplay. Le terme est un mot-valise combinant les termes anglais « costume » et « play », faisant ainsi référence au fait jouer un personnage issu d’un animé, un manga, un jeu vidéo ou un film / série tout en portant le costume correspondant. C’est un loisir apparu aux États-Unis dans les conventions de science-fiction à la fin des années 1930. Il a commencé à être notable au Japon durant la deuxième moitié des années 1970, après la création du Comiket. Le terme a été inventé par un journaliste japonais en 1984 dans un article relatant sa visite de la 42e WorldCon à Los Angeles. Le phénomène a continué à se développer au Japon durant les années 1980 et surtout 90 puis il s’est répandu dans le monde occidental grâce au succès rencontré par les animés, les jeux vidéo japonais tels que Final Fantasy et Street Fighter, sans oublier le développement du manga avec Naruto en chef de file. À défaut de se lancer dans de grandes explications sociologiques ou psychologiques, ce tome 2 montre bien le plaisir que ressentent les personnes qui s’adonnent au cosplay.

S’il existe des études occidentales sur le cosplay, aucune ne semble exister en langue française. Toutefois, il semble que la composition sociologique des personnes faisant du cosplay soit assez homogène d’un pays à l’autre : il s’agit généralement d’une population de jeunes filles (de 70 à 80%), adolescentes ou jeunes adultes, même s’il est possible de voir des trentenaires se « cosplayer ». Plusieurs caractéristiques se dégagent des différentes études disponibles sur Internet. Plus que se déguiser, il s’agit d’incarner le personnage, aussi bien physiquement qu’émotionnellement. Il peut s’agir ici de répondre aussi à un besoin d’identification, fréquent à l’adolescence. C’est aussi un puissant instrument de socialisation avec le partage d’une passion, que celle-ci se fasse virtuellement via le partage de photos, ou réellement lors des nombreuses manifestations organisées ici ou là. Si cela commence virtuellement, par le biais des réseaux sociaux, un besoin de se retrouver entre pairs se fait rapidement sentir. Le cosplay inclus ainsi de rejoindre une communauté permettant de vivre des expériences sortant de l’ordinaire. Il faut dire qu’une partie des participant·e·s est en manque de relations sociales. Le cosplay devient alors un facilitateur social, notamment par le biais de l’identification à un personnage fictif.

En France, le meilleur endroit pour voir du cosplay est sans conteste Japan Expo, une convention dédiée aux cultures populaires, notamment venues du Japon. Existant depuis plus de vingt ans, la manifestation a su capitaliser sur l’engouement occidental pour la culture manga (au sens large) et accompagner le développement du cosplay en Europe. C’est ainsi qu’on peut y trouver plusieurs zones proposant des défilés libres ou des spectacles, sans oublier des concours. Japan Expo Sud organise ainsi la sélection française pour le World Cosplay Summit qui se déroule au Japon, pendant que Japan Expo Paris propose les sélections pour l’European Cosplay Gathering. Un village dédié regroupe des stands d’associations, d’exposants et des ateliers, ce qui permet d’obtenir des informations ou d’acheter costumes et accessoires. Ainsi, une communauté peut se retrouver et échanger autour de sa passion. Les relations virtuelles sont alors concrétisées et permettent de renforcer le sentiment d’appartenance à une grande famille. Cela permet de dépasser ce qui pourrait n’être qu’une simple « mascarade ».

L’estime de soi et la fierté identitaire, aidant à la construction de son identité, sont autant d’éléments qui font du cosplay autre chose qu’un simple déguisement. Certes, les deux permettent d’exprimer un certain exhibitionnisme et de jouer sur les codes vestimentaires, ce qui permet de s’affranchir temporairement de l’obligation à répondre à une certaine image. Cela est encore plus vrai au Japon où cette obligation d’apparence est omniprésente à l’école comme au travail : l’habit définit la fonction et correspond à un positionnement social. Le déguisement fait fi de ces conventions. Néanmoins, le cosplay se développe dans la durée et l’investissement personnel, ce qui permet un épanouissement personnel en plus d’un amusement. Car s’il s’agit principalement d’un loisir qui ne dure que quelques années, il demande un investissement certain, à la fois en temps, en compétence et en argent. La confection du vêtement est partie prenante du plaisir du cosplay. Il est d’ailleurs à noter que la réalisation du costume semble avoir une plus grande importance en Occident qu’au Japon, où l’on privilégie le jeu scénique, la reprise des mimiques et attitudes des personnages représentés. Quoi qu’il en soit, il s’agit d’une récréation avant tout, un brin subversive mais plutôt innocente.

Le tome 3 de Sexy Cosplay Doll développe cet aspect communautaire et festif en faisant intervenir deux nouveaux personnages : Juju, une cosplayeuse réputée sur les réseaux sociaux et sa sœur, sa photographe attitrée. En effet, la prise de vue est un complément indispensable au cosplay. Comme les performances en art contemporain, il est indispensable de figer l’instant où un personnage fictif prend vie. L’appareil photo, et ses accessoires, permet de donner une existence pérenne au jeu : les personnages, et leur costume n’existent que parce qu’ils sont vus. Surtout, il permet une diffusion indispensable à la constitution d’une base de fans. Cela peut poser un problème qui n’est que très peu abordé par le manga : les comportements inappropriés. Dans un domaine pourtant essentiellement féminin, les hommes sont à la manœuvre, soit comme organisateurs, soit comme photographes. Plus d’une cosplayeuse, en France, s’est plainte ces derniers temps : mains baladeuses, propos déplacés, voire harcèlement. Un photographe, célèbre dans le milieu, a fini par être mis à l’index. Peut-être que la mangaka abordera ce sujet dans un tome futur.

Il faut dire que certains cosplays ne sont pas très habillés, c’est le moins que l’on puisse dire. Toutefois, cela ne devrait pas être un problème. Malheureusement, la sexualisation du cosplay est inévitable, les personnages incarnés étant à l’origine (pour la plupart) érotisés, avec une sensualité souvent ambigüe pouvant déboucher sur un véritable fétichisme. En Occident, les filles (car ce sont principalement elles les victimes) qui jouent l’hypersexualisation de leur personnage se heurtent rapidement à des commentaires et des comportements révélant nos normes sociales qui régulent la sexualité féminine : la nudité est associée à sexualité. Si une cosplayeuse est peu habillée, c’est qu’elle « aime ça » pour un certain nombre d’hommes. À l’inverse, si la personne ne correspond pas aux canons esthétiques censés s’imposer à elle (poitrine trop petite, silhouette insuffisamment maigre, visage peu avenant, etc.), elle risque fort d’être confrontée à des remarques dégradantes et humiliantes. Dans le tome 3, la sexualisation de Marine, notamment lorsqu’elle interprète Black Lobelia, n’est là que pour émoustiller les lecteurs et être une source de gags, notre héroïne ne se rendant pas compte de l’effet qu’elle produit sur Wakana.

Chaque tome de Sexy Cosplay Doll est consacré à un nouveau costume que va devoir réaliser Wakana. Comme déjà dit, en Occident, il est important de réaliser soi-même le costume que l’on portera (pour concourir, il faut en réaliser soi-même au moins 80%). Il n’en est pas de même au Japon et ce troisième tome le montre bien. Certes, Marine ne met pas vraiment la main à la pâte, mais nous pouvons considérer que cela est une nécessité narrative. Avec l’arrivée en scène de Juju, le thème du « do it yourself » n’est évoqué qu’au détour de quelques dialogues. La mangaka permet toutefois de comprendre l’importance de mettre tout son cœur dans la confection des costumes, de l’importance de la maitrise des techniques de couture, mais aussi de maquillage afin de réussir à créer un véritable coup de foudre. Ce sont là des choses qu’une réalisation purement commerciale est incapable de provoquer, à moins que ça soit réalisé par un véritable artisan amoureux de son art. Cela n’a pas empêché le développement de toute une économie autour du cosplay au Japon. Il en est de même en France où des clubs et des sociétés commerciales apportent leur expertise et proposent différents services et produits.

Voici comment une série qui semble n’être qu’une simple comédie romantique lycéenne sexy, se déroulant dans le cadre rarement abordé du cosplay, se révèle proposer bien plus de contenu que prévu. Certes, toutes les notions abordées rapidement ici ne sont pas réellement développées, du moins pour l’instant, le manga étant toujours en cours au Japon. Néanmoins, Kana nous propose là un titre qui contient plusieurs niveaux de lecture. Il est possible d’apprécier uniquement le voyeurisme régulièrement proposé par l’auteure (il faut toujours garder en mémoire quel est le public visé par le support de prépublication) et de se délecter des gros plans sur les seins (toujours cachés par un vêtement) ou sur la culotte de Marine, tout en s’amusant des réactions de Wakana. Il est aussi possible de se laisser entrainer par la joie de vivre, la vitalité de Marine, ainsi que par le sérieux et la volonté de bien faire de Wakana, et de s’intéresser à un monde assez peu connu et souvent victime de préjugés.

Néanmoins, il est nécessaire de passer outre quelques défauts comme une certaine propension des personnages à larmoyer ou à rougir pour un oui ou pour un non. Ces exagérations sont certainement là pour apporter un peu de tension dramatique à un titre qui en manquerait étant donné les longs moments explicatifs qui parsèment les différents chapitres. La romance ne progresse pas, ce qui est un défaut typique des shôjo comme des shônen romantiques, et que l’on retrouve ici. Il s’agit pourtant d’une lecture intéressante à plus d’un titre, à condition de ne pas être rebuté·e par les grosses poitrines et les gros plans sexy. D’ailleurs, nous pouvons penser qu’il serait appréciable de pouvoir lire en français Complex Age, un titre en six tomes prépublié dans Morning (Kodansha) entre 2014 et 2015. Il aborde le sujet du cosplay à travers la vie de tous les jours d’une jeune femme de 26 ans, salariée et célibataire, qui a une passion secrète pour le genre gothic lolita. Elle se retrouve confrontée à l’écart grandissant entre son âge et son intérêt pour le cosplay, ce qui entraine questionnements et frustrations. Heureusement, une version américaine existe pour les plus impatient·e·s…

2 réflexions sur “Sexy Cosplay Doll

  1. Merci ! C’était du boulot : au moins 1,5 jours de rédaction, autant de temps si ce n’est plus pour les recherches sur le net (ben oui, je n’y connaissais pas grand-chose en cosplay) 🙂

    Et encore, je n’ai pas abordé tous les sujets et quand j’en parle, c’est assez survolé. Je pense que je vais écrire un dossier pour du9 (quand j’aurai terminé les deux commencés) sur le sujet (et ça fera un bon thème de conférence pour Cherisy Manga si la manifestation a lieu).

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.